Tous ensemble, nous sommes meilleurs...
CQFF - Les courbes de Claude Laferrière

Les courbes de Claude Laferrière : pour connaître
les taux « réels » d'imposition sur un revenu additionnel...

M. Claude Laferrière, M.Fisc., professeur retraité à l'UQAM et co-auteur des courbes Laferrière-Chartrand publiées pour la première fois en avril 1999 rend annuellement disponible, en exclusivité sur le site Web du CQFF, une série de 37 courbes démontrant les taux réels d'imposition sur un revenu additionnel gagné. Il bénéficie également de la collaboration de Francis Montreuil, CPA, CA, M.Fisc., professeur à l'UQAM.

Vous n'avez qu'à cliquer sur un des liens ci-dessous pour avoir accès à la documentation. N'hésitez pas à utiliser le « zoom d'écran » d'Adobe Reader pour rendre les chiffres plus facilement lisibles.

Consulter le texte explicatif

 

Consulter les courbes

 

Consulter les tableaux
de calculs à l'appui des courbes

Année 2016 (23 pages)   Année 2016   Année 2016
Année 2015 (23 pages)   Année 2015   Année 2015
Année 2014 (20 pages)   Année 2014   Année 2014
Année 2013 (18 pages)   Année 2013   Année 2013
Année 2012 (20 pages)   Année 2012   Année 2012
Année 2011 (19 pages)   Année 2011   Année 2011
Année 2010 (21 pages)   Année 2010   Année 2010
Année 2009 (20 pages)   Année 2009   Année 2009

 

Félicitations à MM. Laferrière et Montreuil, car il s'agit d'une tâche exigeante,
mais surtout très utile pour les contribuables et leurs conseillers.

Note du CQFF :

Malgré les efforts très importants pour démontrer les taux « réels » d'imposition applicables à un revenu additionnel, n'oubliez pas que les résultats peuvent être encore pire dans la vraie vie. En effet, certaines mesures ont dû être ignorées en raison des hypothèses qu'il aurait fallu poser. À titre d'exemple, les crédits remboursables (et aussi ceux qui sont non remboursables) pour les frais médicaux ont été ignorés (car il aurait fallu poser des hypothèses trop aléatoires sur les frais médicaux d'un contribuable ou d'un ménage). Or, un revenu additionnel peut avoir pour effet de faire perdre de tels crédits. Dans les cas des crédits remboursables pour frais médicaux, l'effet net peut être d'augmenter les taux réels d'imposition d'un autre 10 % pour les ménages à revenus modestes. Cela est non négligable mais ne peut malheureusement être présenté de façon fiable dans les calculs.